L'histoire de l'église

L’église Saint Martin qui a existé jusqu’à la première guerre mondiale datait du 15e siècle, les bas-côtés du 12e siècle, dotée d’une charpente apparente du 16e siècle, d’un portail ajouté sous Louis XVI.

Cet édifice est en très mauvais état dès 1867, époque à laquelle l’architecte Delefortrie étudie un projet de reconstruction des voûtes de la nef et du chœur, travaux réalisés en 1873 ou 1874. Le cimetière, jusque-là situé autour de l’église, est transféré en 1891.

En 1919, après sa destruction, en attente de la reconstruction de l’édifice, le culte est assuré dans une église provisoire installée dans un bâtiment préfabriqué de type Nissen.

Le projet de reconstruction est étudié par l’agence de Jacques Debat-Ponsan, architecte (Amiens et Paris), associé aux architectes P. Leprince-Ringuet et Paul Tissier. Le 1er projet prévoit un édifice d’une superficie supérieure d’un quart à celle de l’édifice antérieur (700 au lieu de 530 m2) et pour cette raison refusé (la décoration de l’ancien édifice était extrêmement simple et il paraît en être prévu un sensiblement plus riche).

Le projet définitif (plans 10 décembre 1926, devis de 907 909,90 F du 5 janvier 1927) est réalisé après autorisation préfectorale de mars 1928, sur adjudication du 24 avril 1928, de 1931 à 1933, par l’entreprise Trevisan (Agen), pour les lots de maçonnerie et peinture, et l’entreprise Rochoux-Delanty (Albert), pour la couverture.

La réception définitive, le 27 juin 1937, est retardée à cause d’importantes malfaçons dans le faîtage. Le mauvais état actuel de l’édifice semble être la conséquence de ces défauts d’origin

Le presbytère

Le presbytère est reconstruit en 1875 sur les plans de l’architecte Zéphyr Prévost (Mont Saint Quentin).

Détruit durant la première guerre mondiale, il fait l’objet de trois projets de reconstruction successifs par l’architecte Emmanuel Chaine (Péronne) : en 1922, un premier projet de reconstruction à l’identique, en 1923, un deuxième projet plus ambitieux et enfin en 1926, un troisième projet plus modeste est défini. Les travaux débutent en 1928 pour se finir un an plus tard en 1929.

Liste des prêtres se succédant au presbytère :

  • Abbé Houdan (retraite)
  • Abbé Clarboot (dernier en activité sur Cléry, Curlu et Feuillières
  • Abbé Vion

 

À ce jour, le presbytère appartient à la commune de Cléry sur Somme qui l’a réhabilité en salle de classe pour l’école primaire du village.